InnovationValorisation

Les dossiers de l'inventeur

Pour trouver,
il faut d'abord chercher

 

COV - CIV - Odeurs

Retour

 

Le procédé DAVID

Description technique du
brevet

Applications du brevet

Calculer les quantités de
réactif selon les polluants

Ses principaux avantages

Press - Book

Article presse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 





 

 

 

 





 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 



 

 

 


 

 

 

 


 


 

 

 

 

P.T.C. System

Procédé DAVID

et

Procédé GASWASH


P.T.C. - Le système de dépollution durable

L’émission de polluants atmosphériques est réglementée par la loi, en raison de leur impact négatif, notamment sur la santé humaine, les ressources biologiques, les écosystèmes et le climat.

Ces polluants peuvent être des Composés Organiques Volatils (COV), des Composés Inorganiques Volatils (CIV) et/ou des gaz à effet de serre.

Les émissions mondiales de COV ont été estimées à environ un milliard de tonnes lors de l'année 2000.
Elles proviennent, pour 90% d'entre elles, de sources naturelles (fermentations biologiques, fuites de gaz naturel) et pour 10% de sources anthropiques (issues des activités humaines).

Les émissions d'origine naturelle sont réparties uniformément sur la surface de la Terre.

En revanche, les émissions anthropiques proviennent majoritairement des pays industrialisés.

Les COV peuvent entraîner des irritations des yeux et de la gorge, des allergies, des maux de tête, des crises d’asthme, des nausées, etc.

Certains COV jouent également un rôle important dans la troposphère, conduisant à une augmentation de la quantité d'ozone dans l'air. L'ozone est produit entre autres à partir du dioxyde d'azote sous l'effet des rayonnements solaires.
L'ozone formé réagit ensuite avec le monoxyde d'azote pour produire du dioxyde d'azote.
Mais, en présence de COV, le cycle précédent est modifié par les radicaux carbonés (oxydants puissants) qui se substituent à l'ozone lors de la réaction de formation du dioxyde d'azote, ce qui conduit à une augmentation de la quantité d'ozone.

L'augmentation de la quantité d'ozone, avec ses conséquences sur l'environnement et la santé, est donc en partie liée aux rejets de COV.
Par ailleurs, les concentrations en gaz à effet de serre dans l'atmosphère terrestre augmentent depuis le XIXe siècle pour des raisons essentiellement anthropiques avec un nouveau record en 2014 selon l'Organisation Météorologique Mondiale (OMM).

L'accroissement des principaux gaz à effet de serre est essentiellement dû à certaines activités humaines, dont  l'utilisation massive de combustibles fossiles (charbon, pétrole).
Les gaz à effet de serre, tels que le dioxyde de carbone (qui représente près de 70% des émissions de gaz à effet de serre d'origine anthropique) et le méthane, ne sont pas nécessairement dangereux directement pour l’être humain, les ressources biologiques et les écosystèmes, mais leurs émissions sont à l’origine du réchauffement climatique, un phénomène qui a, lui, de nombreuses conséquences néfastes pour l’homme et son environnement.

Dans ce contexte, le traitement des effluents gazeux, des eaux usées et des boues, ainsi que la valorisation des résidus organiques domestiques, industriels et agricoles, sont d'un intérêt certain d'un point de vue politique, économique et environnemental. 
En ce qui concerne le traitement des effluents gazeux, les procédés classiques utilisent notamment des oxydants, comme l'eau de Javel. Toutefois, ces méthodes de lavage oxydantes ont l'inconvénient majeur de générer dans les rejets des sous-produits d’oxydation eux-mêmes polluants et parfois très fortement malodorants. En outre, ces oxydants sont instables et leur manipulation est dangereuse.

A propos de la valorisation des résidus organiques domestiques, industriels et agricoles, l’intégration du biogaz dans le paysage énergétique français permet en particulier une diminution conséquente des gaz à effet de serre rejetés. 
Ledit biogaz est un gaz combustible obtenu par fermentation, aussi appelée méthanisation, de déchets organiques d'origine animale ou végétale en absence d'oxygène, lequel comprend majoritairement du méthane ainsi que du dioxyde de carbone.
En effet, l'impact sur l'effet de serre du méthane étant 20 à 25 fois plus grand que celui du dioxyde de carbone, il est préférable de valoriser le biogaz en tant que source d'énergie renouvelable, plutôt que de le rejeter à l'atmosphère. 

Les récentes fluctuations des coûts liés à l'importation d'énergies fossiles, dans un contexte de raréfaction de ces énergies fossiles, ont également influencé favorablement le regain d'intérêt économique pour la production d'énergie à partir de biogaz.

Le biogaz est valorisé de différentes manières. Il peut, après un traitement léger, être valorisé à proximité du site de production pour fournir de la chaleur, de l'électricité ou un mélange des deux (la teneur importante en dioxyde de carbone réduit le pouvoir calorifique du biogaz, augmente les coûts de compression et de transport et limite en conséquence l'intérêt économique de la valorisation du biogaz loin du site de production).

Le biogaz peut également être purifié pour permettre une plus large utilisation. En particulier, le biogaz peut être soumis à une épuration et augmenter sa teneur en méthane (notamment par retrait du CO2) pour produire un gaz comparable au gaz naturel.
Le biogaz ainsi épuré et enrichi est appelé biométhane, et est doté d’un pouvoir calorifique équivalent à celui du gaz naturel.

Le biogaz purifié est aussi le précurseur du biohydrogène obtenu par vapocraquage. En effet, les recherches de ces dix dernières années sur le sujet ont mis en exergue les inconvénients des  COV et dans certains cas des siloxanes, présents dans les biogaz, sur la conduite des installations d'exploitation énergétique.

Quelle que soit la filière de valorisation retenue, la présence de ces composés à des concentrations de l'ordre de quelques ppm constitue un risque de dégradation prématurée des installations, ainsi qu'une dépréciation des rendements de valorisation énergétique du biogaz. Par exemple, dans le cas d'une utilisation du biogaz comme carburant moteur, il est nécessaire d'éliminer les composés siloxanes car, oxydés à haute températures, les siloxanes forment des dépôts de silice qui peuvent endommager gravement les équipements.

Il a maintenant été mis au point et breveté P.T.C. System, un procédé de purification de compositions gazeuses, liquides ou sous forme d’aérosol permettant avantageusement de remédier aux inconvénients précités.

En quoi consiste la technologie de ce nouveau brevet ?

L'innovation repose sur la mise en oeuvre d'une formulation originale, sans oxydant, qui agit sur le polluant en le transformant en composé organique bio-disponible. Cette formulation repose sur une molécule très connue et utilisée en chimie depuis le 19ème siècle pour la synthèse de diverses spécialités. L'utilisation de cette molécule dans les domaines qui nous intéressent est la clé du procédé qui représente une avancée très importante sur les plans techniques et économiques.

Le système P.T.C. est une technologie nouvellement brevetée en France et au niveau mondial de purification de compositions gazeuses, liquides ou sous forme d'aérosols vésiculaires contenant des polluants nuisibles à la santé et à l'environnement ou simplement malodorants.

  • Les polluants sont des Composés Inorganiques Volatils (CIV)
    • CO2, COS, NOx, acides halogénohydriques, H2S, SO2, SOCl2, SO2Cl2, etc...
  • Les polluants sont des Composés Organiques Volatils fonctionnels (COV)
    • amine, amide, nitrile, aldéhyde, cétone, ester, acide carboxylique, alcool, thiol, disulfure, thioester, les composés organiques halogénés, le phosgène et l’acide cyanhydrique, etc...

Ce procédé "One-pot" innovant consiste donc à capter les polluants gazeux dans un traitement physico-chimique dont les effluents liquides sont par la suite digérés par le processus de bio-épuration aérobie en station d'épuration.

(A)    Procédé simultané d’absorption (captage) et de modification chimique organique des Composés Volatils Fonctionnels (organiques et inorganiques).
Cette opération est conduite en une seule opération sur une installation de captage par lavage physico-chimique.

(B)    La destruction finale des produits de captage après le procédé simultané d’absorption et de modification chimique
Cette opération ultime (B) est effectuée en station d’épuration biologique. Les composés organiques présents et formés
lors de la réaction de condensation sont digérés par le processus de bioépuration naturelle aérobie de la station d’épuration.

L’originalité du procédé réside d’une part dans le choix du réactif qui se combine aux polluants à traiter et d’autre part dans la destruction finale naturelle biologique en station d’épuration ne générant pas de nouvelle pollution gazeuse.

Ce système d’épuration est unique par sa conception et ses applications. Il permet de se démarquer de la concurrence et d’améliorer la productivité des installations de captage/traitement d’autant que son bilan économique est avantageux.

Le nouveau brevet reprend le brevet existant du procédé DAVID (Procédé d'épuration d'effluents gazeux ou liquides contenant des dérivés soufrés) pour lequel il constitue une amélioration.

P.T.C. System s'inscrit donc dans ce nouveau concept de Développement Durable
pour la purification des biogaz.

Dans une période particulièrement propice au développement des énergies alternatives aux ressources fossiles, la perspective d'intégration des bio-énergies dans le paysage énergétique français est d'un intérêt certain d'un point de vue politique, économique et environnemental.

En effet, la valorisation des résidus organiques domestiques, industriels et agricoles ou le traitement des eaux usées satisfont aux notions de développement durable et d'énergie renouvelable, clairement explicitées dans les récents engagements et accords internationaux.

L'impact environnemental de la mise en oeuvre de filières de valorisation de biogaz résulte en une diminution conséquente des gaz à effet de serre rejetés.

Les récentes fluctuations des coûts liés à l'importation d'énergies fossiles ont également influencé favorablement le regain d'intérêt économique pour la production d'énergie à partir de biogaz, qu'elle soit directement sous la forme de gaz à haute pureté en méthane ou sous forme d'électricité.


La méthanisation et la valorisation des biogaz avec P.T.C. System

 

La valorisation des biogaz
Constitué principalement de méthane et de gaz carbonique, le biogaz est valorisé efficacement en biométhane par des procédés d’épuration.
Cette technique, appelée méthanisation, est provoquée dans des digesteurs, lors du traitement des ordures ménagères, des déchets industriels ou agricoles et des boues d’épuration.
Le biogaz, issu de la fermentation de ces déchets, est une source d’énergie renouvelable qui après épuration peut se substituer au gaz naturel d’origine fossile.
Les agriculteurs, industriels, collectivités traitent ainsi leurs déchets tout en valorisant leurs potentiels énergétique et économique. La solution d’épuration GASWASH permet la valorisation de tous les biogaz pour l’injection au réseau de gaz naturel, la production de carburant véhicules (biométhane gazeux ou liquide) ou encore la production d’hydrogène renouvelable après reformage du biométhane.

 

La technologie d'épuration avancée par la technique GASWASH
Afin de transformer le biogaz en substitut du gaz naturel, il faut le débarrasser de l'ensemble des polluants.
Le procédé GASWASH propose une solution technique qui permet aujourd’hui aux producteurs de biogaz de le valoriser efficacement en biométhane par son procédé d’épuration.
La technologie utilisée permet d'éliminer durablement le dioxyde de carbone (CO2 recyclable), et d'éliminer dans la même opération N2, O2, H2O, H2S, NH3, Siloxanes, Organochlorés ou Organofluorés.

La filière hydrogène, à partir de la méthanisation, devrait logiquement trouver sa place dans un avenir proche.


http://www.innovalor.com/biogaz-biomethane.htm

Le procédé GASWASH permet un coût de production de biométhane 3 fois moins cher que la concurrence et permet donc de réduire l'écart de coût entre le méthane d'origine fossile et le biométhane pour l'incorporer dans le réseau.
D'autre part, la technologie du procédé GASWASH permet un équipement de purification des biogaz extrêmement simple dont le coût d'investissement est sans commune mesure avec les procédés actuellement existants.


Les avantages de cette nouvelle technologie

Le captage et l'épuration par ce procédé, s'applique aussi bien dans le cas de gaz purs, qu'en mélange entre eux.
Ce procédé s'applique à l’ensemble des composés organiques volatils fonctionnels ou inorganiques volatils rencontrés en chimie et qui sont captés dans le milieu réactionnel de lavage des gaz..
Par contre, les substances neutres (air, azote, biogaz, gaz naturel, méthane, butane, propane etc...) ne sont pas  captées mais purifiées
Le Système P.T.C. ,d'où est issu le procédé GASWASH, possède un caractère sélectif vis à vis de ces substances mais il est universel vis à vis des composés chimiques comportant des fonctions classiques polluantes.
(En savoir plus)

Ce système est actuellement le seul connu pour éliminer durablement le CO2 et qui peut être recyclé en filière industrielle. Chaque m3 de biogaz issu de la méthanisation a participé à éviter le rejet dans l’atmosphère de 2,3 kg de dioxyde de carbone (CO2) responsable du réchauffement climatique.
Cependant, il faut avoir présent à l’esprit que chaque m3 de biogaz produit contient toujours entre 20 et 40% de CO2 soit entre 3 kg et 6 kg qui sont finalement rejetés à l’atmosphère, soit lors de la purification en biométhane par les techniques concurrentes, soit dans l'utilisation du biogaz sans purification.

Une unité de méthanisation de 2 MW électrique, par le principe de la méthanisation, permet ainsi d’éviter l’émission d’environ
9 000 t de CO2 dans l’atmosphère.
On notera que cette même unité de méthanisation de 2 MW et qui a consommé environ 4 Mm3 de biogaz a malgré tout émis entre 800 et 1 600 t de CO2 dans l’atmosphère selon la nature des substances méthanisées.

Cette nouvelle technologie a obtenu un certificat d'utilité début 2017

Cette nouvelle technologie P.T.C. System s'inscrit dans deux domaines principaux:

Industrie & Odeurs

Le traitement des effluents gazeux soufrés

    • Secteur pétrochimie,
    • Secteur raffinage,
    • Secteur sidérurgie, fonderies,
    • Secteur industries de traitement des déchets des hydrocarbures,
    • Secteur industries de chimie minérale: production d'acide sulfurique et d'oxyde de titane,
    • Secteur chimie organique,
    • Secteur chimie fine,
    • Secteur industries du papier,
    • Secteur industries agro-alimentaires,
    • Secteur industries des matériaux,
    • Secteur des petites unités d'abattage existantes,

 



Voir une application de traitement des émissions gazeuses (CIV et COV)

 

Développement Durable

La purification des biogaz

    • Secteur des unités de stations d'épuration urbaines et industrielles,
    • Secteur des unités de bio-désodorisation,
    • Secteur des unités de méthanisation agricoles,
    • Secteur des unités de méthanisation de STEP,
    • Secteur des concepteurs et fabricants de colonnes de lavage des gaz,
    • Secteur des concepteurs et constructeurs de stations d'épuration,
    • Secteur des concepteurs et constructeurs d’unités de méthanisation,
    • Secteur des instances territoriales (région, département, agglomérations, communautés de communes et communes)
    • Secteur des petites unités de stations d'épuration industrielles,

     

    Voir une application de purification des biogaz (Bio-méthane)





Biogaz - Biométhane


Pour nous écrire

 

Les Bio-énergies
Procédé GASWASH

Pub GASWASH

Le Bio-méthane

Le Bio-hydrogène

Méthanisation

Méthanisation en STEP

Le Fracking

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 





 

 

 

 

 





 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

 

 

 


 

 

 

 


 

 


Copyright © Innovalor depuis 1999
SIRET 510 692 726 00019 - Code APE 4791A
Tous droits réservés - Marque déposée ®
|
Webmaster | Mentions légales